Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics
INFO FLASH :
Actualités

Harcèlement sexuel en milieu universitaire: Le gouvernement rassure les étudiantes de leur protection

24/03/2021


Le mardi 23 Mars 2021 s’est tenue au sein de l’amphithéâtre Idriss Deby Itno de l’Université d’Abomey Calavi (UAC), une séance de sensibilisation à l’endroit des étudiantes sur le harcèlement sexuel en milieu universitaire. Ladite rencontre a été animée par Madame le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Professeur Eléonore Yayi LADEKAN, sa collègue des affaires sociales, Véronique TOGNIFODE, de l’honorable Fagla MEDEGAN, du Recteur Maxime da CRUZ, des Directrices et Doyennes de l’UAC, de la Présidente des Femmes scientifiques, de la Présidente de l’observatoire genre.

La MESRS Eléonore YAYI LADEKAN porte un message de « mère » aux étudiantes de l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). Par des enseignements et conseils, elle a invité les étudiantes à prendre conscience et faire preuve de responsabilité. « Mes chères filles, je voudrais vous souhaiter de grandir sagement et de grandir bien. Il faut que demain vous soyez de véritables cadres performantes. Si votre formation est au rabais, si vous êtes obligées de subir le phénomène de harcèlement sexuel, de vous donner pour avoir de bonnes notes, c’est comme la fumée qu’on ne peut pas enfermer » a confié l’autorité ministérielle.

À la préoccupation de l’une des étudiantes de savoir ce qui se fait face aux dénonciations des cas de harcèlement sexuel , la ministre des affaires sociales et des microfinances, Véronique TOGNIFODé, répond : « Ce ne sera plus le cas parce que l’éthique sera placée au centre de l’enseignement. Et tout enseignant qui va se livrer à des actes répressives de cette nature verra sa carrière en prendre un coup et se verra face à la justice. Les lois existent en République du Bénin sur le sujet. Leur mise en application a été peut-être lente mais l’heure a sonné pour que cela ne se produise plus ainsi ».

Tout comme les ministres, l’Honorable Fagla MEDEGAN s’est également indignée de l’ampleur du phénomène et de la peine que subissent les victimes. « J’estime que lorsque les filles sortent de l’adolescence, elles ont le droit de venir à l’université comme elles sont. Et ça ne donne en rien le droit à qui que ce soit d’exiger des faveurs sexuelles avant de les laisser exprimer leur talent » a t-elle laissé entendre. Pour rassurer les victimes et décourager les auteurs de ces comportements immoraux, elle a fait savoir les efforts du Parlement béninois pour l’éradication du harcèlement sexuel dans la société et principalement, dans les universités.

Pour sa part, le Recteur de l’Uac, Professeur Maxime da CRUZ estime que « le harcèlement sexuel est une sorte de serpent de mer » qu’il faut effectivement détruit de la communauté. Il n’a pas occulté de mettre au grand jour les actions que l’équipe rectorale mène, sur le phénomène.
Le cas des étudiants a été l’autre victime inconnue relevée par le Recteur. A l’en croire, « Il y a malheureusement des jeunes gens, des hommes qui souffrent du phénomène. Mais toutes proportions gardées, les victimes les plus importantes se comptent au niveau de la gent féminine ».

Pour finir, il estime que le phénomène du harcèlement sexuel devient récurrent et l’université doit apporter des réponses adaptées. Il a saisi l’occasion pour notifier les sanctions prises envers les auteurs du harcèlement sexuel qui ne sont toujours pas dissuasives. « En tant que père de famille , nous devons prendre toutes les mesures pour protéger nos jeunes filles du comportement anormal de ces divorcés sociaux » a suggéré, le Recteur Maxime da CRUZ.

Retour aux actualités